J’habite dans une maison en biscuit. À chaque fois que je bois du thé, une vague d’angoisse me monte à la gorge. Même chose quand les enfants rentrent joyeusement de l’école en demandant ce qu’il y a pour le goûter. Je me dépêche de leur servir leurs bols de ciments à la vanille… je suis fébrile. Comme si je craignais quelque chose de terrible, mais quoi ? J’en ai parlé avec ma voisine qui possède un délicieux… AHH NON MOT INTERDIT… un très joli cottage en biscotte. Elle m’a confié qu’elle éprouvait le même genre d’angoisse quand on lui offrait de la confiture et qu’elle s’arrangeait pour la balancer à la poubelle le plus vite possible.  Pas question, non plus, quand on est dans sa maison, de boire du thé, du café, du chocolat, etc. Et ne venez surtout pas lui parler de beurre, elle risquerait de faire un malaise grave.  Chez elle, le petit déjeuner c’est un bol de sciure de bois et  des boulettes d’argile. Tiens, pourquoi pas ? Je devrais essayer de donner ça aux garçons le matin. Ça les changerait du ciment. Vous me demandez ce que je pense de l’eau de pluie ? Arrêtons de parler de ça. L’eau fait aussi partie des trucs qui me mettent mal à l’aise. De toute façon, ici, à Grignotteville, nous n’avons que des pluies de sucre.